Afanasy Fet

Afanasy Fet est né le 5 décembre 1820. Il est considéré comme un des plus grands poètes russes. Il publie son premier recueil de poèmes lyrique Panthéon à 20 ans et son talent est vite reconnu par ses pairs.

 

En 1844, diplômé de l'Université, Afanasy Fet rejoint le régiment impérial des cuirassiers. Il ne reviendra à l’écriture qu’au début des années 1850, en publiant une collection appelée Poèmes de A. FetEn 1853 , il est transféré dans un régiment basé à proximité de Saint - Pétersbourg. Par l’intermédiaire de son ami Nikolaï Nekrassov, il retrouve ses vieux amis Ivan Tourgueniev et Vassily Botkin et rencontre pour la première fois Léon Tolstoï, jeune officier, avec qui il devient ami pour la vie. 

 

En 1857, Afanasy épouse à Paris Maria Petrovna Botkina, fille d'un très riche commerçant et soeur de son
bon ami et critique littéraire Vasily Botkin. En 1858, il quitte l’armée et fait l’acquisition d’une propriété
agricole qu’il gère avec talent. Léon Tolstoï, qui a pris sa retraite dans sa maison de campagne à peu près à
la même période, a félicité Fet pour sa décision de « se régler sur la terre ». Mais contrairement à Tolstoï,
Fet cesse d'écrire. Il ne reprendra la plume que dans les années 1860 pour traduire Arthur Schopenhauer
et Shakespeare et écrire un court roman La famille Golts (1870). En 1873 Fet achète une deuxième
propriété à Vorobyovka, à proximité Koursk et revient à la poésie publiant plusieurs recueils sous le titre
commun de Lumières du soir.


En 1890, sortent deux volumes de poésie My Memories: 1848-1889 suivi d’un roman biographique, Mon
enfance
. Le 28 janvier 1892, au restaurant de l'Ermitage à Moscou, on célèbre avec faste le 50e
anniversaire de sa carrière littéraire qu’il voit comme un « requiem ». Prémonition : son dernier poème est
daté du 23 Octobre 1892 et il décède le 21 novembre 1892 à l’âge de 71 ans.

 

Nekrassov, admirateur de Fet, dit de lui: « Pas un seul depuis Pouchkine n’a réussi à donner un tel plaisir à ceux qui comprennent la poésie et ouvrent facilement leur âme ».

 
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© salon russkaya literatura