Azari Plissetski

Azari Plissetski est une figure incontournable du ballet contemporain, une étoile aussi brillante que sa soeur, l'iconique Maïa Plissetskaïa.

 

Il étudie la musique à l’École centrale de musique du Conservatoire de Moscou et dédie sa vie au ballet dès l’âge de 12 ans, âge auquel il intègre l’Académie de ballet du Bolchoï. Il débute sa carrière de danseur en 1957 puis, en 1963, il s’installe à Cuba pour y vivre jusqu’en 1973. Là-bas, il participe à la création de l’École nationale de ballet. Dans les années 1970, il retourne au Bolchoï puis continue de mener sa carrière de danseur jusqu’en 1978. Depuis 1991, il est professeur de danse à Lausanne.

 

En octobre 2020 paraîtra aux éditions Macha la traduction française de Ma vie dans la ballet, une biographie qu'il fait de lui-même et de sa soeur, l'unique Maïa Plissetskaïa.

 

 

Ma vie dans le ballet (Macha Publishing) - Paru le 27 octobre 2020

 

Traduit par Elena Truuts

 

Une biographie unique sur l’étoile la plus brillante du monde du ballet, l’iconique Maïa Plissetskaïa, racontée par une figure incontournable du ballet contemporain, son frère, Azari Plissetski.

 

Professeur au Béjart Ballet Lausanne depuis 1991, Azari nous conte à travers son témoignage son parcours qui semble tout droit sorti d’un roman. Son histoire commence aux heures les plus sombres de l’Union soviétique. Séparé de sa famille au moment des Grandes Purges, il poursuit sa route jusqu’à atteindre les plus hauts sommets des arts de la danse.

 

Danseur et professeur pour le Ballet national de Cuba, il acquiert progressivement une renommée internationale, avant de retourner en Russie danser pour le Bolchoï, puis à Bruxelles et à Madrid, où il rejoint sa soeur alors directrice du Ballet national. Son ascension vertigineuse est également une fenêtre sur son époque et sur le monde du ballet du XXe siècle, avec en filigrane la présence de sa soeur, ce monument de la danse classique mondialement connu, sur lequel il pose un regard tendre. Page après page, il remonte les années de sa mémoire.

 

Avec beaucoup d’amour et d’admiration, il revient sur des moments communs de leur histoire, les révélant sous le prisme de sa personnalité, très différente de celle de sa soeur, montrant leur passé sous un angle nouveau et réaliste. Bien que divergeant sur certains points avec la vision de Maïa, cet ouvrage demeure un vibrant hommage à la diva du ballet, une stikhia, selon ses mots, une force de la nature.

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© salon russkaya literatura